La Grande Bretagne prend de nouvelles mesures sur l’avortement

Le gouvernement britannique annonce que pour les femmes qui se sont décidées à l’avortement la réalisation de cette procédure sera assurée sur les premières étapes de la grossesse. Les services médicaux prennent des mesures nécessaires pour que l’avortement soit accessible aux femmes sur les premiers stades de la grossesse.

Aujourd’hui les médecins peuvent prescrire des médicaments qui aident à se délivrer de l’enfant aux femmes qui veulent arrêter leur grossesse avant 9 semaines. Ces préparations médicales doivent être prises dans des cliniques privées et des hôpitaux d’état. L’ordonnance doit être préalablement approuvée par deux médecins.

Les organismes de la santé publique de Grande Bretagne ont réalisé deux recherches pour savoir si ces méthodes pourraient remplacer les avortements traditionnels (l’opération chirurgicale). L’Association British Medical Association soutient cette méthode, cependant les débats sur le thème de l’avortement continuent de façon de plus en plus active.

Des scientifiques ont fixé la lutte active des médecins contre les avortements, à cause des avortements fréquents qui peuvent être fait après le délai maximal.

Selon les statistiques, en 2006 il a été fait plus de 200 000 avortements en Galles et en Angleterre, et près de 13 000 interruptions de grossesse ont été fixées en Ecosse.