Un arrêt de la Cour de Justice européenne met fin à la disparité

Les assureurs avaient pris l’habitude jusqu’en 2011 d’offrir une baisse de tarif aux jeunes femmes. Une diminution qui pouvait atteindre 20 %. Selon leurs arguments, les jeunes femmes ayant un permis récent sont plus prudentes au volant par rapport aux jeunes hommes.

Après un arrêt de la Cour de Justice européenne du 2 mars 2011, le sexe n’a plus été admis comme un critère pour une baisse de tarif d’une assurance auto. Ceci a été appliqué depuis le 21 décembre 2012.

La pratique a-t-elle complètement disparu ?

Cet arrêt ne permet plus de distinction dans le tarif entre un homme et une femme. Toutefois, cette pratique a laissé ses traces. Les assureurs n’ont fait que reformuler leur offre en proposant une baisse de tarif pour les conducteurs prudents. C’est le cas du Bonus-malus. C’est une offre qui permet d’appliquer un tarif dégressif ou progressif selon la conduite, qui est évaluée sur le nombre d’accidents d’un conducteur et a tenue sur la route. Or d’après les évaluations des assureurs grâce à leurs données, les femmes restent toujours des conductrices prudentes au volant.

D’autres ont utilisé des techniques de questionnaires leur permettant de savoir si le client est une femme ou un homme, sans avoir à poser la question qui fâche. Ils demandent par exemple : la couleur de la voiture, la puissance ou encore le nombre de kilomètres effectué. Toutefois, ce changement a permis aux hommes de bénéficier d’une baisse de tarif. Aujourd’hui, les prix se sont alignés et la diminution ne se base plus sur le sexe. Mais la tenue au volant demeure toujours un élément décisif dans la tarification d’une assurance auto.

Illustration_tout-feminin.jpg